Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Club des Epargnants

Stress test bancaire : "fuites"

23 Octobre 2014 , Rédigé par Eric Wallez Publié dans #Banques

Les résultats définitifs du « stress test » de la BCE ne seront connus que dimanche 26 octobre 2014 aux alentours de midi mais une fuite a déjà rapporté que plusieurs banques européennes auraient raté ces tests de résistance menés par la Banque Centrale Européenne. Si on ne connait pas le nom de ces banques, on sait toutefois de quels pays elles sont originaires.

11 banques échouent au « stress test »


Selon les premières informations, 11 des 120 banques testées par la BCE ont échoué le stress test. Les noms de ces banques n'ont pas été communiqués mais leurs pays d'origine oui.


Trois banques seraient grecques, trois italiennes, une chypriote et une portugaise. Ce qui n'est pas étonnant puisque ces trois pays ont été en forte difficulté à la suite de la crise économique de 2009, surtout la Grèce.


Mais, plus étonnant, deux banques ayant échoué au test seraient d'Autriche et une de Belgique. Lorsque leurs noms seront dévoilés elles risquent de faire peur à leurs clients et devront anticiper une fuite de capitaux tout en rassurant les clients restants.

Un effet immédiat sur l'euro


La divulgation de ce rapport partiel concernant les stress test de la BCE a eu un effet immédiat sur la valeur de l'euro, déjà en chute libre depuis plusieurs jours. La monnaie unique européenne perdait du terrain face au dollar et vaut, ce mercredi 22 octobre 2014, 1,26 dollars.

Les hypothèses retenues lors du précédent "stress test"

Le scénario de crise prévoyait une baisse de 0,4 % du produit intérieur brut ( PIB ) de la zone euro pour 2011 et 0 % en 2012, une chute de 15 % des Bourses européennes, un taux de chômage moyen supérieur à 10 %. Des ratios de solvabilité plus stricts étaient exigés. Les banques ont également dû détailler, pour la première fois, leur exposition au risque dit "souverain", c’est-à-dire les montants de dette publique de pays en difficulté qu’elles ont accumulés. Une information d’importance majeure pour les investisseurs.

En revanche, les régulateurs ont refusé de tester l’hypothèse de défaillance d’un État souverain, estimant que cette hypothèse n’était pas plausible. Un État ça ne fait faillite...

(Je vous invite, si les chiffres, ratios et anglicismes divers ne vous rebutent pas à observer et travailler sur cette excellent outil proposé par Reuters.)

Eric Wallez

Président Club des Epargnants

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article