Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Club des Epargnants

A l’intention exclusive de ceux qui payent des impôts

22 Septembre 2014 , Rédigé par Eric Wallez Publié dans #Fiscalité

…impôt sur le revenu, Impôt sur la fortune, impôts « d’activités » (société par exemple).

Ces impôts sont constitués : d’une assiette, d’une méthode de calcul et bien sûr d’un montant à payer.

Chaque profession à ses marronniers, permettez-moi de vous rapporter l’un des miens.

Un nouvel adhérent du Club, profession libérale, me dit en avril dernier : « Savez-vous ce que mon comptable vient de me dire ? J’ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise. La bonne, j’ai achevé votre bilan 2013 ; l’autre, vous avez tant d’impôt à payer ! Ne pensez-vous pas qu’il se moque de moi ? »

Nous avons demandé aujourd’hui à son comptable de nous préparer une situation intermédiaire immédiate, à celle-ci nous rajouterons ce qui est prévisible d’ici la fin de l’année en cours. Ensuite nous évaluerons l’impôt qui en découlera pour l’année prochaine. Il nous restera ainsi deux bons mois, avant le 31 décembre, pour décider ce qui est utile, nécessaire ou tout simplement possible de faire pour amenuiser intelligemment notre assiette ainsi évaluée et peut-être préparer l’avenir.

Il est toujours étonnant d’observer que les sollicitations pour réduire une facture fiscale s’exercent quasi exclusivement pour réduire l’impôt à payer une fois ce dernier établi. Quel qu’il soit. Ces sollicitations émanent de ceux qui ont un intérêt commercial : banquiers, conseils en gestion de patrimoine, assureurs, agents immobiliers divers, vendeurs d’isolation, de poêles à bois ou de pompes à chaleur… quand le comptable lui-même ne s’en mêle pas. Également les associations ou fondations caritatives, les partis politiques…

C’est un peu comme si nous nous contentions de mettre une bassine de plus en plus grande sous une fuite sans jamais réparer la toiture défaillante.

Nous sommes tous d’accord sur la complexité des règles fiscales. Il existe bien des méthodes, parfaitement légales, pour utiliser efficacement ce que ces textes autorisent. C’est ce que les fiscalistes de notre Conseil scientifique vous proposent d’étudier pour vous.

Je ne peux que vous rappeler les propos de ma grand-mère (comme disait récemment notre nouveau Ministre de l’économie, qui ne connaissait d’ailleurs pas la mienne) : « Qui prête aux pauvres prête à Dieu, qui prête au fisc prête à rire ».

Comment adhérer au Club. Quels services en attendre

Eric Wallez

Président Club des Epargnants

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article