Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Club des Epargnants

La BULLE

21 Juin 2013 , Rédigé par Le Club des Epargnants


La BULLE


Les Echos (18/06/2013) estiment à 1.000 milliards (Mds) € les créances douteuses des banques européennes. Ils estiment qu'il faudra 63 ans pour liquider les 266 Mds d'actifs toxiques et non liquides de Dexia.

Depuis 2008, les banques centrales et les établissements financiers nous emmènent dans un jeu de bonneteau continu. Le postulat consiste à déplacer le problème pour apparemment l'annuler.

Nos politiques nous expliquent que cela s'arrange. La crise est derrière nous disait notre Président, idem pour le Ministre du budget espagnol. Les USA, c'est reparti, même si les chiffres sont mauvais.
La Grèce a de nouveau bénéficié il y a une quinzaine de jours d'un prêt de 43 Mds alors qu'on nous disait que c'était fini, promis juré.
Les institutions financières nous expliquent que
"l'on ne peut pas faire autrement". C'est la bonne solution depuis 5 ans ; inonder le monde de liquidités.
"On" nous a expliqué que sortir la Grèce de l'Euro serait revenu trop cher. Bilan de l'histoire, une ardoise à 400, 600, 1000 Mds ? Jusqu'à quand cela va-t-il durer ?
 Les décideurs nous ont affirmé, et nous affirment encore, qu'on ne peut pas faire autrement, comme une fatalité.
En règle générale, quand une situation part mal, il est rare qu'elle arrive bien. Nous pouvons aujourd'hui affirmer que la méthode coûtera X fois plus chère à l'arrivée qu'elle n'aurait couté si des solutions efficaces de restructuration et de refonte des principes libéraux en vigueur avaient été adoptées.
Nous nous enfonçons dans une spirale que plus personne ne maîtrise.
Vous êtes vous déjà amusés à faire une belle bulle de savon ? Vous aurez alors observé que jamais elle ne se dégonfle, elle éclate toujours.
Mercredi dernier, Ben Bernanke, patron de la FED, a parlé. Le plus grand dealer de la planète, dopage de l'économie US par la planche à billets (85 Mds $ par mois), pourrait s'arrêter de livrer sa dope monétaire à la mi-2014 après avoir resserré les livraisons d'ici la fin de l'année.
Les marchés obligataires n'ont pas aimé, les marchés actions n'ont pas aimé, le cours de l'or n'a pas aimé, les émergents n'ont pas aimé, le cours du pétrole n'a pas bronché. Preuve s'il le fallait que les salles de marchés, les investisseurs, les traders, sont accrocs. Monsieur Bernanke a sans doute réussi son coup. Une bonne claque pour l'étranger, une baisse maîtrisée de la bourse américaine.
Si vous vous interrogiez  encore sur l'efficience des marchés financiers, cette fois plus de doute. Elle n'existe plus.
Le comble du cynisme a été atteint quand il y a une quinzaine de jours les marchés US ont salué d'une augmentation les mauvais chiffres du chômage US parce que cela sous entendait "livraison de dope"... C'est pathétique mais c'est vrai.

Pour ceux d'entre mes lecteurs qui me confient la gestion de leurs liquidités et valeurs mobilières, je vous ai conseillé de rester le plus liquide possible, depuis 2012. Certes nous avons raté 2012 en demeurant prudent. Certes nous avons loupé le début de l'année. Maintenant nous nous flattons de ne pas y être. Mon petit doigt me dit que nous en serons de plus en plus satisfait.
Strictement rien ne permet de comprendre fondamentalement les raisons, à moyen terme, qui pousseraient à se positionner sur les marchés actions ou obligataires. les 18 mois passés ne sont que le reflet de ce "panurgisme" ambiant. Souvenez vous d'un de mes billets de début d'année, la presse people financière claironnait, "les oblig, ça ne rapporte rien, allons sur les marchés actions". Démonstration pertinente et professionnelle. On z'y va ! Pourquoi ? On sait pas, mais ça rapporte plus ! Cela a permis aux gestionnaires de fonds de faire passer des flux et de prendre leurs frais. Faut bien vivre.  

Plus que jamais il me semble sain d'être investi sur du concret, de rester vigilant sur le secteur bancaire.

Pour ceux d'entre vous qui seront intéressés, nous allons d'ici la fin du mois proposer aux abonnés de l'association un service d'information sur ce qui nous semble être raisonnable et bon à faire.
L'idée générale s'inspire d'un nouvel adage que nous ferons nôtre : "laissons les marchés cotés aux professionnels du secteur, qu'ils se plument entre eux. Regardons vers le non coté, il y a trop d'entreprises prometteuses et saines". Elles existent. Dans l'immobilier, dans la recherche, dans les énergies renouvelables, dans l'industrie, dans le médical. En plus, nous sommes en prise directe et voyons ce qui s'y passe. Différents outils permettent de sécuriser l'approche. Quant au concret, des pistes à suivre.

C'est aujourd'hui l'été et la fête de la musique. Voilà un court terme agréable réjouissant.


                                                                                                 Eric Wallez
                                                                                 Président du Club des épargnants
  

 
    

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article